Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 01:21


En 2006, la Ville de Tarnos s’est engagée dans une démarche de valorisation du patrimoine architectural en instaurant une Zone de Protection du Patrimoine Urbain Architectural et Paysager sur le quartier des Forges.

...
En juin 2008, la Municipalité a décidé d'engager une Campagne de Ravalement de Façades destinée à accompagner administrativement, techniquement et financièrement les propriétaires dans la réhabilitation et la valorisation des façades de leurs bâtis.
La Commune a ainsi mandaté le PACT* des Landes en vue d'animer cette campagne, aux côtés des services et élus communaux.

Au terme de cette année, Mme Beyrie-Serre et Mlle Curutchet représentantes du PACT des Landes ont rencontré Mme Delavenne, adjointe au Maire à l’Urbanisme et aux Bâtiments, M. Lafargue du service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine, Mme Neil de la Fondation du Patrimoine et M. Lasplacettes, responsable du service municipal Urbanisme – Cadre de Vie afin de dresser un premier bilan.

26 dossiers ont été instruits depuis le début du projet, 6 chantiers ont aujourd’hui abouti et les travaux, subventionnés à hauteur de 25%, représentent un montant de 51 365 €. En moyenne, la subvention par logement est de 700 € pour une intervention moyenne (concernant uniquement la façade) et de 2030 euros pour une intervention lourde (ravalement de façades, réfection des enduits, menuiseries…).

Un début prometteur dans un quartier où les habitants, comme les élus, apportent une attention particulière au patrimoine.

* Protection, Amélioration, Conservation et Transformation de l’habitat

Pour tout renseignement :
service Urbanisme – Cadre de Vie au 05 59 64 00 40


Source : Ville de tarnos

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 14:52


Le 18 juin, la population tarnosienne était conviée à un forum participatif. Le thème mis en débat était la question du territoire. Après l’introduction du maire, L’assistance eu droit à une présentation à charge de la mise en place de la TPU et ses conséquences néfastes pour Tarnos. Et de conclure, puisque le président de la République a annoncé la fin de la Taxe Professionnelle ; pourquoi se presser ? Oui, pourquoi se presser ou plutôt pourquoi ne pas se presser ? Enfin, un regret du Maire : le vote du programme communautaire le 27 mai. Vote démocratique ? Sans doute pas selon lui, puisque Tarnos n’a pas sa juste représentation au sein de la communauté de communes. Bref, il s’agissait plus d’un appel à la résistance que d’un véritable lancement d’un débat constructif.

En ce qui concerne le territoire, il est évident que Tarnos fait partie d’un bassin de vie qui englobe l’agglomération bayonnaise. Cette proximité géographique a entraîné depuis des années le développement de coopérations sur le plan des transports, de la sécurité …. Les Tarnosiens sont rattachés à la CAF de Bayonne … Même l’eau que nous consommons provient de l’usine de la Nive.

Pourquoi devrions nous adhérer à la CABAB ? Objectivement, je n’y vois aucune raison. En revanche, continuer à développer des partenariats, oui. Et cela d’autant plus qu’une Communauté de Communes forte pourra être un interlocuteur respecté. Que pèseraient nos prés de 12000 habitants ? Rien où pas grand-chose. Tarnos, isolée, serait une proie facile pour nos voisins endettés et en manque de terrains.

La seule alternative est de poursuivre le renforcement du Seignanx. C’est l’objectif du programme voté le 27 mai. Certains parlent d’une liste à la Prévert, mais depuis que la communauté de Communes existe, c’est la première fois que l’on écrit un programme. Celui-ci n’est pas chiffré, c’est vrai mais il s’agit plus de grandes lignes que de projets fermes et définitifs. Certains se trompent de campagne électorale. Il ne s’agit pas ici de proposer un programme municipal clé en main, et nous savons tous ce qu’il advient de ces programmes trop bien ficelés. Rappelons que la construction de la Médiathèque n’était pas dans le programme de la liste « Tarnos ensemble » en 2001, et par voie de conséquence non chiffrée. Au cours d’un mandat, les priorités changent, d’autres apparaissent, des projets sont retardés …Aujourd’hui, on veut nous faire croire qu’un bon programme est un programme chiffré !!!

Enfin, la TPU. Celle-ci est un outil qui permettra au programme communautaire de se réaliser. Quelles seraient les conséquences pour Tarnos ? La première année aucune et puis ensuite cela dépendra de nombreux facteurs. Toutes les études font des prévisions sur 4, 5 ou 6ans mais franchement, qui avait prédit il y a 18 mois la crise que nous connaissons aujourd’hui ? Et surtout l’ampleur qu’elle prendrait ? Alors venir nous parler de pertes importantes pour Tarnos à l’horizon 2014 ! Restons sérieux ! Néanmoins une inquiétude persiste puisque le président de la République a annoncé la réforme de la TP pour 2010. Cette taxe sera compensée, du moins au début. Après nul ne le sait. Doit-on rester sans rien faire ? Attendre. Mais attendre quoi ? Pendant combien de temps ? Si à chaque fois que le président de la république annonce une réforme, la vie devait s’arrêter, alors nous n’irions pas bien loin.

Il y a une vrai urgence : retrouver la sérénité et travailler ensemble au lieu de freiner des quatre fers et de résister.

Pour ma part, j’espère que ce forum participatif sera le début d’une nouvelle ère car le temps presse et nous avons déjà pris beaucoup de retard.


Antoine Robles

Maire adjoint

Délégué à la communauté de communes

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 23:46

Lorsque j'ai été élue en mars 2008 avec 10 autres collègues du Parti socialiste, il a fallu prendre nos marques au sein d’un conseil municipal dont la majorité d'entre-nous ne connaissait pas encore les règles, faire connaissance avec les services et établir des relations cordiales permettant de mettre en œuvre nos idées.

Faire partie d’une majorité municipale, signifie que nos électeurs nous ont fait confiance pour agir et travailler mais ce n'est pas toujours facile. Surtout la première année du mandat car il faut du temps pour bien prendre connaissance des dossiers.

C'est encore plus difficile lorsque vous représentez une petite partie de cette majorité municipale et c'est le cas pour nous autres socialistes.

Lors de la campagne pour les cantonales, notre candidat Lionel CAUSSE a été élu démocratiquement au poste de Conseiller Général avec au programme un Seignanx ambitieux et solidaire. Puis Jean-Marc Larre fut élu Président de la Communauté de communes du Seignanx par la majorité des délégués communautaire avec un programme également ambitieux et solidaire pour le seignanx, et la mise en place de la Taxe Professionnelle Unique (TPU) !!

Nos camarades communistes étaient jusqu'alors « détenant du titre » puisque Pierrette FONTENAS Maire de Tarnos était également Conseillère Générale et Présidente de la communuté de communes (CUMUL DE MANDATS ???)


L'Intercommunalité (Communauté de communes) est une structure obligatoire, imposée par l'état, qui doit permettre des actions plus larges, difficilement accessibles au sein des seules communes. Comme notamment la mise en intercommunalité des gymnases, des structures culturelles, d'équipements sportifs (dont la gestion est souvent trop lourde pour les communes) tels que la piscine (projet récurrent à chaque campagne municipale qui pose le problème d'important frais de fonctionnement mais qui pourrait tout à fait être intercommunale tout en étant implantée à Tarnos et qui d'ailleurs est inscrite sur le programme communautaire du seignanx),…….. 

La TPU est l'outil indispensable à un bon fonctionnement de l'intercommunalité.


Les élus communistes et républicains s'opposent farouchement à la mise en place de la TPU allant même jusqu'à menacer par voie de presse interposée de quitter les Landes et de rejoindre le territoire des Pyrénées Atlantiques. Alors que leurs prédécesseurs qui tenaient les rênes du pouvoir étaient favorables à la TPU. Pourquoi ? Je crois que la réponse est évidente !!


Quand à nous élus socialistes nous n'avons jamais vraiment été perçus comme membre à part entière du groupe majoritaire « TARNOS ENSEMBLE ».


Régulièrement j'ai eu à me plaindre d'être « zappée » par le Maire sur des réunions et des rencontres en relation avec ma délégation d'adjointe à l'urbanisme et aux bâtiments.


A chaque fois j'ai demandé à rencontrer le maire pour manifester mon mécontentement lui reprochant son non respect des accords que nous avions mis en place avant de nous engager dans cette équipe majoritaire.


Je n'ai pas forcément le même avis que le Maire et j'estime que c'est mon droit le plus absolu de pouvoir l'exprimer.


Je soutiens fortement le projet concernant l'implantation d'un « Netto » car  je sais combien il est difficile pour beaucoup d'entre-nous de boucler les fins de mois.

Je ne soutiens pas le projet de la micro-crèche, projet qui je le rappelle a été mis en place sans concertation avec les socialistes. Certains d'entre-nous avaient demandé une étude plus approfondie pour la bonne raison qu'ils nous semblaient que le projet qu'il fallait mettre en place c'était tout simplement « une crèche ». Or, nous avons eu la surprise d'apprendre lors des vœux du Maire que l'acquisition Lissalde servirait à son implantation.


Il est maintenant question d'une crèche mixte Turboméca/municipalité. Pourquoi ? La commune n'est-elle pas en capacité de répondre elle-même aux besoins des tarnosiens ? Il y a toujours des dérives dans ce genre d'établissement mixte où ce sont les employés qui sont le plus souvent favorisés au détriment des habitants de la commune !!!

Le privé est en capacité financière de mettre en place une crèche inter-entreprises. La commune ne se doit pas d'apporter une quelconque aide financière à ces entreprises privées, l'aide doit être apportée aux Tarnosiens qui sont sur la liste d'attente pour une place en crèche !

Je remarque quand même que ceux qui soutiennent la municipalisation d'une association déjà en place comme le centre de loisirs et qui fonctionne plus que correctement sont les mêmes qui propose une association privée/public pour une crèche !!!


Je ne soutiens pas la municipalisation du Centre de loisirs pour plusieurs raisons :

. La municipalisation de la jeunesse est semble t-il un gouffre financier (dixit un adjoint communiste), c'est donc un très mauvais exemple à ne pas suivre !

. La municipalisation du Centre de Loisirs  serait financièrement beaucoup plus lourde dans le budget communal que les subventions que la commune accorde actuellement à l'association (dixit le cabinet d'étude recruté par la municipalité)

. La cour des comptes avisait la municipalité d'un excès de charges de fonctionnement, ces charges de personnel supplémentaire ne ferait que les augmenter considérablement

. Les parents seraient-ils aussi concernés et investis qu'aujourd'hui ?

. Le centre de loisirs a aujourd'hui un excellent fonctionnement et satisfait la grande majorité des parents et des enfants. Le service Education est-il en capacité de prendre en charge ce service supplémentaire ?

 

(Voir compte-rendu du dernier Conseil d'Administration du Centre de Loisirs.)


Lors d'un groupe majoritaire la question a été portée au débat. Il en est ressorti différentes propositions :

. La proposition de la première adjointe concernant un syndicat mixte (l'association deviendrait intercommunale) a été rejetée à l'unanimité

. Les propositions de marché public, de délégation de service publique, ou de caisse des écoles restent à l'étude, la délégation me semble personnellement tout à fait adaptée.

Mr le Maire se targue constamment de transparence et de démocratie donc affaire à suivre....

 

Pour finir, je dirais que ceux qui parlent régulièrement d'union de gauche ou de démocratie feraient bien de le mettre en pratique, car que penser de Mr le Maire qui annonce en conseil communautaire et par le biais de « Tarnos Contact » qu'une réunion publique aura lieu le 18 Juin et que le « petit groupe socialiste » n'en a pas été informé ?

Nous désirons travailler avec « l'union de gauche» mais dans le respect de nos idées, de nos opinions, de nos accords et de nos personnes.

Nous souhaitons que les débats et nos ententes retrouvent une sérénité. Mais cela ne pourra être que si le rôle et la place des socialistes au sein du groupe majoritaire est reconnu.


Mon investissement politique et mon adhésion au Parti Socialiste sont dûs à mes idées et mes fortes convictions de gauche. Alors un poste de "potiche parlante", merci bien je passe !!!

 


Marie-ange DELAVENNE



Mes délégations :

Adjointe à l'urbanisme et aux bâtiments,

Déléguée à la communauté de communes du seignanx,

Déléguée au S.MT.C. (syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération bayonnaise)

Déléguée suppléante au Port de Bayonne et au SCOT

 

 

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 08:20


Le gymnase à côté du Lycée ne se fera pas !!! Martine Hontabat notre conseillère régionale a demandé une rencontre à Mr le Maire afin d'être éclairée sur sa position à savoir s'il donnait suite à sa demande de  subvention du 11 Juin 2007 concernant le gymnase du Lycée.

Mr LESPADE lui a clairement exprimé sa volonté de ne pas construire le gymnase à côté du Lycée. Il souhaiterait faire un équipement sportif de "PRESTIGE" dans un autre Lieu.

Par courrier adressé à Mr ROUSSET président du Conseil Régional d'Aquitaine le 18 mai 2009, Mr LESPADE précise que la municipalité était prête à consentir pour la réalisation du projet un montant de 750 000 Euros soit la moitié du montant d'un équipement basique évalué à 1 500 000 Euros.

Le Conseil Régional subventionnant à hauteur de 586 000 Euros, Mr le Maire informe qu'il ne pourra pas s'engager financièrement au delà de la proposition faite par la municipalité pour la construction d'un tel équipement et qu'il ne peut garantir pour les années à venir la mise à disposition à titre gratuit de plusieurs équipements sportifs municipaux au Lycée A. Croizat tel que cela se fait actuellement !!! Il a fallu attendre 2 ans pour avoir cette réponse négative, dommage, 
"le petit gymnase perso" du lycée aurait pû être au programme du Conseil régional bien plus tôt !!!

Marie-ange DELAVENNE

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 19:06

 

 

Le lundi 25 mai 2009, les socialistes, suivis par l’opposition ont quitté le conseil municipal en début de séance. Nous protestions contre le manque de démocratie du maire, quand il s’agit de la communauté des communes. En effet il n’a pas voulu mettre à l’ordre du jour, le programme de la communauté avant le 25 mai, à 2 jours du vote définitif de ce programme, alors qu’il lui avait été transmis depuis le 14/01/2009. D’ailleurs les autres maires du canton l’avaient fait. De plus avant même le débat prévu, une motion très agressive vis-à-vis de la communauté des communes était présentée par les élus communistes et républicains. La défaite des communistes aux élections cantonales et à la présidence de la communauté des communes est la seule explication à cette attitude, malheureusement elle a pour conséquence une tentative de blocage des instances communautaires, ce qui peut être préjudiciable pour les Tarnosiens. Nous mettons donc en garde la population contre les réunions publiques prévues par le Maire, elles seront partiales et dirigées.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 21:43

http://alaindarras.blogsudouest.com/files/2009/05/cm-014-affichage-web-grand-format.jpg
Rien ne va plus entre les élus “Communiste et Républicain” et les élus “Socialiste” au sein de la majorité municipale. l’objet de la discorde, une motion présentée à l’initiative du maire et du groupe Communiste & Républicain à propos du programme communautaire pour la période 2008-2014 qui doit être validé par le dit Conseil ce mercredi 27 mai à la villa Clairbois à Saint Martin de Seignanx.

Jean-marc Lespade dans son intervention précise qu’il y a une absence de consensus avéré sur ledit projet, que l’on est dans la précipitation de la procédure, imposée par la Communauté de Communes, cela révèle une absence de considération des élus et un déni de démocratie. Pour lui “ce programme n’a pas été mis en débat avec les principaux concernés, les habitants du Seignanx… nombreux sont ceux qui pensent qu’il est urgent d’attendre que soient levées les incertitudes sur le devenir de la taxe professionnelle”. Il affirme que l’on est “bien loin de la pratique consensuelle qui a présidé jusqu’ici aux relations intercommunales dans le Seignanx”, ce programme communautaire apparaissant “comme un diktat qui s’imposerait, sans concertation et sans accord entre les élus des communes concernées.” motion-du-groupecommunistes-r.PDF

Le groupe socialiste, par l’intermédiaire d’Elie Marciano, son rapporteur, quant à lui, reproche au premier magistrat de Tarnos de n’avoir pas présenté aux élus tarnosiens le projet de programme communautaire qui lui avait été adressé en date du 14 janvier 2009. “Que pensez de l’attitude de Jean-Marc Lespade qui après avoir réclamé la rédaction d’un projet ne veut pas participer à son élaboration et conteste systématiquement chaque décision ou proposition” fustige t-il. Il affirme haut et fort que “oui, il y a déni démocratique quand on refuse le verdict des urnes, en mars 2008 les électeurs du Seignanx se sont prononcés … et ce résultat doit s’imposer à tous”.declaration-groupe-socialiste.PDF

Suite à cette déclaration les élus socialistes, dont les 3 adjoints au maire, quittent la salle du conseil, sauf Jean-Claude Hiquet (PS-Désirs d’avenir) qui souhaite faire une déclaration, à titre personnel où il déplore la motion du maire, qu’il juge “inopportune” et donc il ne participera pas au débat sur le sujet, mais il reconnaît que l’on n’a pas été bon collectivement, au niveau de la démocratie , depuis 1 an et qu’il ne faut pas en rajouter à la tension. Après son intervention il quitte la salle du conseil qu’il réintégrera par la suite pour la suite de l’ordre du jour. declaration-j-c-hiquet.PDF

Le groupe Horizon Libre, par l’intermédiaire de Gérard Claverie, déclare sa surprise devant la motion du maire et sur les termes “manque de considération des élus et deni de démocratie” cela le fait sourire quand l’opposition à Tarnos est souvent écartée de toutes décisions et notamment de représentativité au sein de la Communauté de communes, de ce fait les élus de l’opposition quittent la salle et refusent de participer au débat, il reviendront pour les 10 points à l’ordre du jour.

La suite de l’ordre du jour, relevant de la gestion quotidienne, est traitée, en l’absence des élus socialistes et n’appelle pas de commentaires particuliers.

Il est probable que le conseil communautaire de mercredi risque d’être tendu et l’on peut se poser des questions sur le devenir de la majorité municipale à Tarnos, compte tenu des griefs et ressentiments entre ses différents membres.


(Article blog sud-ouest - Alain Darras)

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 21:42

http://alaindarras.blogsudouest.com/files/2009/05/cm-014-affichage-web-grand-format.jpg
Rien ne va plus entre les élus “Communiste et Républicain” et les élus “Socialiste” au sein de la majorité municipale. l’objet de la discorde, une motion présentée à l’initiative du maire et du groupe Communiste & Républicain à propos du programme communautaire pour la période 2008-2014 qui doit être validé par le dit Conseil ce mercredi 27 mai à la villa Clairbois à Saint Martin de Seignanx.

Jean-marc Lespade dans son intervention précise qu’il y a une absence de consensus avéré sur ledit projet, que l’on est dans la précipitation de la procédure, imposée par la Communauté de Communes, cela révèle une absence de considération des élus et un déni de démocratie. Pour lui “ce programme n’a pas été mis en débat avec les principaux concernés, les habitants du Seignanx… nombreux sont ceux qui pensent qu’il est urgent d’attendre que soient levées les incertitudes sur le devenir de la taxe professionnelle”. Il affirme que l’on est “bien loin de la pratique consensuelle qui a présidé jusqu’ici aux relations intercommunales dans le Seignanx”, ce programme communautaire apparaissant “comme un diktat qui s’imposerait, sans concertation et sans accord entre les élus des communes concernées.” motion-du-groupecommunistes-r.PDF

Le groupe socialiste, par l’intermédiaire d’Elie Marciano, son rapporteur, quant à lui, reproche au premier magistrat de Tarnos de n’avoir pas présenté aux élus tarnosiens le projet de programme communautaire qui lui avait été adressé en date du 14 janvier 2009. “Que pensez de l’attitude de Jean-Marc Lespade qui après avoir réclamé la rédaction d’un projet ne veut pas participer à son élaboration et conteste systématiquement chaque décision ou proposition” fustige t-il. Il affirme haut et fort que “oui, il y a déni démocratique quand on refuse le verdict des urnes, en mars 2008 les électeurs du Seignanx se sont prononcés … et ce résultat doit s’imposer à tous”.declaration-groupe-socialiste.PDF

Suite à cette déclaration les élus socialistes, dont les 3 adjoints au maire, quittent la salle du conseil, sauf Jean-Claude Hiquet (PS-Désirs d’avenir) qui souhaite faire une déclaration, à titre personnel où il déplore la motion du maire, qu’il juge “inopportune” et donc il ne participera pas au débat sur le sujet, mais il reconnaît que l’on n’a pas été bon collectivement, au niveau de la démocratie , depuis 1 an et qu’il ne faut pas en rajouter à la tension. Après son intervention il quitte la salle du conseil qu’il réintégrera par la suite pour la suite de l’ordre du jour. declaration-j-c-hiquet.PDF

Le groupe Horizon Libre, par l’intermédiaire de Gérard Claverie, déclare sa surprise devant la motion du maire et sur les termes “manque de considération des élus et deni de démocratie” cela le fait sourire quand l’opposition à Tarnos est souvent écartée de toutes décisions et notamment de représentativité au sein de la Communauté de communes, de ce fait les élus de l’opposition quittent la salle et refusent de participer au débat, il reviendront pour les 10 points à l’ordre du jour.

La suite de l’ordre du jour, relevant de la gestion quotidienne, est traitée, en l’absence des élus socialistes et n’appelle pas de commentaires particuliers.

Il est probable que le conseil communautaire de mercredi risque d’être tendu et l’on peut se poser des questions sur le devenir de la majorité municipale à Tarnos, compte tenu des griefs et ressentiments entre ses différents membres.


(Article blog sud-ouest - Alain Darras)

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 23:13


Le groupe communiste et républicain a proposé ce jour en conseil municipal une motion dénoncant l'intercommunalité et un soit disant déni de démocratie. Ils proposaient également un débat
sur le programme communautaire. Débat qui aurait dû avoir lieu depuis le 14 janvier 2009 date à laquelle le Président de la Communauté de commune Jean-Marc LARRE avait chargé de mission les maires du canton afin de présenter aux élus le projet du programme communautaire.



Les élus socialistes estimant qu'en effet il y avait déni de démocratie, mais de la part du Maire qui avait jusqu'à présent refusé de mettre en place ce débat, ont répondu par une déclaration. Après lecture de celle-ci ils ont quitté la séance pour ne pas y revenir et n'ont pas pris part à cette mascarade ne participant ni au vote ni au débat.

Jean-claude Hiquet  adjoint P.S. s'est désolidarisé de la majorité socialiste et a présenté sa propre motion. Il a néanmoins quitté la séance et n'a participé ni au vote ni au débat.

L'opposition quand à elle, était également d'accord sur le déni de démocratie, qui de leur point de vue commence au conseil municipal. Tout comme les socialistes ils ont également quitté la salle et n'ont pas participé au vote ni au débat.

L'adjoint socialiste et l'opposition ont ensuite rejoint le conseil municipal.



TELECHARGER LE PROGRAMME COMMUNAUTAIRE





 

 

 

Repost 0
Published by Marie-ange DELAVENNE Adjointe Socialiste - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 23:29


Sud ouest - Lundi 23 Mars 2009


Réélu dans un fauteuil, Jean-Marc Lespade, qui surfe sur une dynamique industrielle sans précédent, prépare une consultation électorale qui fait déjà grincer

Jean-Marc Lespade : « Nous avons franchi une nouvelle étape. Le projet du laminoir est un symbole. Je défends l'idée d'un développement industriel qui crée de l'emploi et qui soit, en même temps, respectueux de l'environnement. » (photo david le déodic)
Jean-Marc Lespade : « Nous avons franchi une nouvelle étape. Le projet du laminoir est un symbole. Je défends l'idée d'un développement industriel qui crée de l'emploi et qui soit, en même temps, respectueux de l'environnement. » (photo david le déodic)

C'est une quasi-certitude, les électeurs de Tarnos n'auront pas que les Européennes comme rendez-vous politique cette année. Ils devraient en effet se voir proposer une seconde échéance. C'est du moins l'intention de Jean-Marc Lespade, le maire communiste des lieux. Lequel, après avoir été brillamment réélu en mars dernier dès le premier tour sur un score sans appel de 66 % des voix, vient d'initier une réflexion qui n'a pas fini de résonner et de provoquer des crises d'urticaire. Une réflexion qui, non seulement, s'est affranchie des frontières municipales constituant pourtant son pré carré mais qui, surtout, aboutira à rien de moins qu'à un referendum local en bonne et due forme. De quoi s'agit-il ? Depuis plusieurs mois, le maire s'interroge autant qu'il cogite sur la place de Tarnos dans son environnement immédiat.

À ceci près que Jean-Marc Lespade ne raisonne pas en territoires administratifs définis, mais en bassin de vie. Une nuance en apparence infime mais qui pourrait pourtant être à l'origine d'un chambardement majeur : le départ de Tarnos de la Communauté de communes du Seignanx vers une autre agglomération, celle du BAB. Et c'est précisément sur cette hypothèse que Jean-Marc Lespade veut consulter les Tarnosiens. Lesquels devraient être appelés à se prononcer en septembre ou octobre. « Je ne demanderai pas aux Tarnosiens s'ils veulent oui ou non adhérer à la Communauté d'agglomération du BAB, mais plutôt s'ils se sentent orientés vers le BAB, précise-t-il. Aujourd'hui, nous faisons partie de ce bassin de vie. Et il ne faut pas avoir peur du débat. »

La monnaie de la pièce ?

Reste qu'une telle perspective, un départ de Tarnos vers l'agglomération du BAB, porterait un coup assurément très rude, sinon fatal, à la Communauté de communes du Seignanx, dans la mesure où Tarnos est, en matière de finances, la principale contributrice. Une réalité qui est d'ailleurs loin d'être étrangère à la réflexion de Jean-Marc Lespade. « Il faut qu'il y ait une proximité étroite entre l'exécutif de la Communauté de communes et l'exécutif de la commune la plus importante », indique-t-il. Sauf que si, par le passé, Tarnos a eu la présidence de la Communauté de communes du Seignanx, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Jean-Marc Lespade a pourtant brigué la présidence l'année dernière, mais en vain. Il a dû s'incliner devant Jean-Marc Larre, le maire socialiste de la toute petite commune de Biaudos. Ceci expliquerait-il cela ? Jean-Marc Lespade chercherait-il à rendre la monnaie de la pièce aux élus du PS en leur proposant de se débrouiller entre eux et surtout sans les recettes de Tarnos ? « Ça ne tient pas la route, dit-il. Je me place dans l'intérêt des habitants. Ce qui m'intéresse, c'est de faire en sorte que Tarnos ait le meilleur développement possible. Et je revendique le droit de m'interroger. »

100 emplois à venir

Reste qu'en matière de développement, Jean-Marc Lespade surfe sur une dynamique économique et industrielle sans précédent. La semaine dernière, il posait la première pierre de la médiathèque. En attendant, un autre coup de truelle plus important encore : celui du chantier du futur laminoir du groupe italien Beltram. Lequel doit investir ici près de 50 millions d'euros dans la construction d'une usine de traitement de l'acier. Le permis de construire pour ce site de 18 000 mètres carrés, qui devrait accueillir une centaine d'emplois, est délivré, et l'enquête publique est bouclée. Ne manque plus que le feu vert du préfet, ce qui ne devrait plus tarder. « Nous avons franchi une nouvelle étape, indique Jean-Marc Lespade. Ce projet est un symbole. Je défends l'idée d'un développement industriel qui crée de l'emploi et qui soit, en même temps, respectueux de l'environnement. »

Le maire de Tarnos a donc tout pour être heureux surtout qu'un autre industriel de l'acier, les Catalans de Celsa, pourrait lui aussi s'implanter sur sa commune avec là un investissement record de 300 millions d'euros. Difficile d'entamer d'une meilleure manière un mandat. D'autant plus que si Jean-Marc Lespade risque de passer grand maître en pose de premières pierres, il pourrait aussi briller dans une autre spécialité, tout aussi minérale : le jeté de pavé dans la mare.

« Ça n'a pas de sens »

Au sein du Conseil municipal de Tarnos, la réflexion de Jean-Marc Lespade pose question. À droite bien sûr mais aussi au sein des élus socialistes de sa majorité comme l'explique Élie Marciano du groupe PS : « Pour nous, ce referendum ne sert pas à grand chose, dans la mesure où ce n'est pas à Tarnos de prendre la décision mais à la Communauté de communes du Seignanx d'intégrer ou pas la CABAB. Mais pour nous, intégrer la CABAB serait néfaste pour 3 raisons . Primo, la CABAB est fortement endettée donc aller se mettre dans des problèmes financiers alors que nous n'en avons pas et que Tarnos est plutôt riche, n'a pas de sens. Secundo, la CABAB a besoin de terrains pour développer les entreprises, car elle n'a plus de place. Les élus de la CABAB veulent se servir du Seignanx pour, à la fois, récupérer des finances importantes, compte tenu de leur endettement important et obtenir des terrains dont ils bénéficieront eux, dans le cadre de la TPU. Et enfin comment ne pas accepter la TPU dans le Seignanx et vouloir intégrer la CABAB qui a la TPU? »

Pour Gérard Claverie d'Horizon Libre, le problème est ailleurs : « Pourquoi tout d'un coup le maire de Tarnos refuse-t-il de partager le gâteau ? Parce que Tarnos va perdre de l'argent ? Ce n'est pas la vraie raison, assure Gérard Claverie. Le maire a été candidat à la présidence de la Communauté des communes du Seignanx. Il n'était pas question à ce moment-là de se tourner vers la CABAB. Ce projet ne faisait pas partie du contrat lors des élections municipales non plus. Alors ? Faut-il voir dans ce revirement soudain une vengeance politique ? Rappelons que le PC a perdu le siège de conseiller général du canton et la présidence de la communauté au profit des socialistes. Socialistes majoritaires dans le Seignanx, rappelons-le. Là, se trouve le noeud du problème. »



Auteur : jefferson desport

. DOCUMENT 1

 

. DOCUMENT 2


 

 

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 10:45

Mercredi 18 Mars 2009 - Sud ouest

 

 


 

Jean-Louis Carrère, Jean-Pierre Dufau, Lionel Causse, Jean-Marc Larre et la représentante du préfet des Landes ont assisté à la pose de la première pierre le 13 mars. (photo A. A.)
Jean-Louis Carrère, Jean-Pierre Dufau, Lionel Causse, Jean-Marc Larre et la représentante du préfet des Landes ont assisté à la pose de la première pierre le 13 mars. (photo A. A.)

Jean-Marc Lespade a scellé la première pierre de la médiathèque du Seignanx à Tarnos, vendredi 13 mars à 11 heures, en présence d'élus et de personnalités locales dont Jean-Louis Carrère, sénateur et conseiller régional, Jean-Pierre Dufau, député-maire de Capbreton, Lionel Causse, conseiller général du Seignanx et Jean-Marc Larre, président de la Communauté de commune du Seignanx.

La construction de la médiathèque fait partie de la programmation pluriannuelle des investissements prévus par la commune de Tarnos. Il aura fallu six ans de patience et de ténacité pour mener à bien ce projet ambitieux, cher aux Tarnosiens, classé en deuxième position, derrière la piscine, des besoins prioritaires établis lors des assises du cadre de vie en 2003.

Sur deux niveaux

Le montant des travaux s'élève à 4,9 millions d'euros HT pour le bâtiment plus 1 million d'euros pour le mobilier, l'informatique, les collections etc. Financés à hauteur de 4,7 millions par la commune, 690 000 euros par l'État, 228 000 euros par la région Aquitaine, 228 000 euros par le Conseil général des Landes, ces deux derniers partenaires pouvant octroyer une subvention supplémentaire de l'ordre de 10 %. Le premier magistrat de la commune estimant que c'est grâce à une gestion saine et rigoureuse des deniers de la commune que ce projet pourra être mené à terme, d'autre ville telle celle de Saint-Jean-de-Luz ou celle Pau ayant abandonné le leur.

Signée par les architectes du cabinet bordelais Brochet-Lajus-Pueyo, cette nouvelle médiathèque prend place dans le centre-ville de Tarnos, le long de la RN 810 à proximité de l'hôtel de ville et de l'école Daniel-Poueymidou.

D'une surface d'environ 1 500 m2 dont 1 170 m2 ouvert au public sur deux niveaux, elle comprendra de belles surfaces vitrées, le projet privilégie lumière, transparence et végétalisassions des ouvrages (le parking enterré et l'extension du jardin actuel formant la toiture de la médiathèque, conformément aux voeux de Mlle Noguié qui avait cédé le terrain à la commune au début des années 70 avec l'exigence qu'il demeure un jardin public).

La qualité architecturale du bâtiment sera prolongée par le projet retenu, dans le cadre du 1 % artistique, de Jean-Dominique Fleury, vitrailliste et Dominique Bremech, éclairagiste avec « les vitraux de lune » qui seront installés au-dessus des puits de jour du toit de la médiathèque.

Cette nouvelle réalisation, qui devrait être livrée en décembre 2009 avec ouverture au public prévue pour le premier trimestre 2010, offrira environ 30 000 livres, 4 500 CD, 1 200 DVD, 450 partitions 70 abonnements répartis sur 7 pôles documentaires (sciences et techniques, musique, information et vie citoyenne, société, enfance...) aux 1 600 Tarnosiens déjà inscrits à l'actuelle bibliothèque et plus largement aux habitants du Seignanx.

20 postes informatiques

L'accès aux technologies de l'information et de la communication (20 postes informatiques à disposition des usagers) ne sera pas en reste dans ce projet centré sur l'insertion sociale, la citoyenneté et le renforcement des liens entre les générations.

Avec ce projet de médiathèque, la commune se dote d'un équipement structurant en matière de lecture publique au rayonnement important dans le sud des Landes, qui s'inscrit dans la politique culturelle que développe la commune. Jean-Marc Lespade clôturant son discours en citant André Malraux, dont on fête le 50e anniversaire de la création du ministère de la Culture, « La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert ».

Auteur : Alain Darras

Repost 0
Published by GROUPE D'ELUS SOCIALISTES- REPUBLICAIN TARNOSIENS - dans CA SE PASSE A TARNOS
commenter cet article