Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 23:33


Ce simple d'esprit vantard qui n'a jamais su gérer quoi que ce soit et loupe systématiquement tout ce qu'il entreprend à  réussi à doubler le déficit budgétaire de la France en moins d'un an : 109 milliards d'euros au 31 juillet 2009 contre 51 un an plus tôt. Les générations futures peuvent lui dire « merci » . Et à ces imbéciles de français qui ont voté pour lui aussi !!

Merci à Bar

 

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans ANTI SARKO
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 10:57
La popularité de Sarkozy ne se mesure plus. L'impopularité étant devenue un fait permanent, il faut pour Sarkozy pouvoir ruser afin de faire croire qu'il est encore apprécié et attendu.

On connaissait la brigade des applaudissements, pécialisée dans l'acclamation non improvisée et l'applaudissement orchestré, on découvre aujourd'hui la visite d'usine avec casting et choix des figurants.

Sarkozy en est aujourd'hui réduit à faire sélectionner les personnes qu'il va croiser et celles qui vont le cotoyer pendant ses déclarations inutiles et souvent risibles.

Démonstration par la télé belge qui a encore elle, des "cojones" !
(Source : blog sarkostique)

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans ANTI SARKO
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 01:14



          

"Moi Ariane Mnouchkine, metteur en scène, directrice du Théâtre du Soleil, affirme avoir aidé et hébergé des sans papiers; ils étaient afghans, algériens, kabyles, arméniens, chinois, iraniens, irakiens, russes et maliens.

Je continuerai à le faire.
je refuse cette morbide inversion des valeurs qu'un gouvernement sans culture et sans mémoire cherche à nous faire accepter.

Aujourd'hui, l'hospitalité, la solidarité deviendraient illégales, la délation exemplaire.


Répondons Non - Obstinément -


Citoyens oui, Indics JAMAIS !!! "



              «La inmigration es una huida de la

                      persecucion del hambre
                Si de toda forma hay que morir
                Que la muerte no te encuentre sentado »
                           Salem Abdelfatah - Inmigrante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans ANTI SARKO
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 22:26

 

La loi du 20 Aout 2008 impose "des contraintes qui n'ont aucun rapport avec la mise en place d'un droit d'accueil: obligation d'une déclaration individuelle 48 heures à l'avance, procédures complexes pour le dépôt de préavis de grève"...

La personne qui participe à un mouvement de grève sans s'être préalablement déclarée gréviste encourre une sanction disciplinaire.


Lorsque le nombre de personnes ayant déclaré leur intention de faire grève est supérieur ou égal à 25 % des enseignants de l'école, le service d'accueil doit être assuré par la commune.


Ce texte de loi "vise donc essentiellement à entraver l'exercice du droit de grève" et c'est inacceptable
.


Plusieurs communes ont signifié leur refus de mettre en oeuvre cette loi, en votant une motion lors du conseil municipal.
Pour la sécurité de nos enfants,  la mise en place de ce service minimum est impossible faute de personnel compétent et « Il est hors de question de laisser nos enfants à des personnes non qualifiées »
!

Jacques Michon, maire de Waziers (Nord) a adressé un courrier à L'inspecteur
de l'Education nationale compétent sur le territoire de sa commune. Il fait réponse à une lettre du fonctionnaire de l'Education nationale concernant le droit d'accueil du jeudi 29 janvier dernier, jour de grève interprofessionnelle qui a connu le succès considérable que l'on sait.

Dans sa lettre, le maire quelque peu taquin propose à l'inspecteur de lui adresser la liste des enseignants non grévistes
« qui pourraient assurer la continuité du service public en venant tenir les guichets de la mairie, fabriquer les repas à la cuisine centrale, mettre les couverts, servir les enfants, faire la vaisselle et le nettoyage. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by M.A. DELAVENNE, H. CARY, A. GRANDENER, C. ALBAJARA, T. CAZAURANG, E. MARCIANO, A. ROBLES - dans ANTI SARKO
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 23:12


Publié le 14/11/2010 par asse42 – le souffle divin

 retraite-jeunesse.jpg

 On va lui faire payer grave l'attaque contre notre pays.

 Nicolas Sarkozy a commencé son aventure présidentielle dans l’allégresse générale et en ouvrant son gouvernement aux vendus de la gauche comme Kouchner, Ockrent, Amara voir Hirsch (même s’il en est revenu). On se souvient des Rocard, des Lang, des Allègre tout fier de demander à participer à ce gouvernement alors que nous militants qui avions fait campagne contre ce candidat disions déjà toute la dangerosité qu’allait entrainer sa nomination à la tête de notre pays. Et pendant deux ans on nous a demandé de ne pas faire de l’antisarkozysme primaire.

Aujourd’hui qu’est-ce qu’on constate? Que jamais un président n’a été aussi impopulaire. Que sa politique est catastrophique pour le pays et ne profitent qu’à quelques privilégiés. Que malgré les médias tout entier tourné vers sa grandeur il n’a jamais réussi à convaincre les français que la modernité était d’abandonner le progrès social dans un pays qui bon an mal an s’enrichit de plus en plus. Que sa stigmatisation continue des musulmans et des roms ne lui a pas profité et donc que sa première idée d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale était une belle connerie. Que personne, à part Fillon, n’est assez dingue pour être son premier ministre. Que Guéant a toujours les pleins pouvoirs. Que la seule caution sociale ( caution je dis bien) de son gouvernement, Borloo, lui a fait faux bond. Que ce président n’aura finalement jamais réussi à rassembler la France et a au contraire cherché constamment à la diviser jusqu’à finir par être obligé de former un gouvernement RPR.

Au final la seule rupture qu’aura réussi Sarkozy c’est avec l’histoire de notre pays. Il aura tenté jusqu’au bout de nous enfumer en essayant d’écrire l’histoire à sa sauce mais ce président on ne l’aime pas et on ne l’a jamais aimé. Il n’est pas des nôtres, c’est un fourbe il le porte sur son visage. La seule utilité qu’il aura eu aura été de montrer aux français que l’oligarchie ne pense qu’aux ors de la république et non au peuple. Ce petit président restera comme une grosse tâche dans l’histoire de notre pays. Depuis qu’il a été élu il n’a fait que reculer. Plus personne n’a envie d’être à ses côtés. Sa présidence commencée dans les fastes et le bling-bling se terminera dans les bas-fonds de la république. Woerth entends-tu ?

Repost 0
Published by GROUPE D'ELUS DE GAUCHE TARNOSIENS - dans ANTI SARKO
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 22:51

Des manifestants lors du défilé parisien, le 23 septembre 2010 (Benoît Tessier/Reuters).

La question des femmes a mis un peu de temps à émerger dans le débat public sur les retraites. Elle est désormais au cœur des revendications des syndicats et des préoccupations de nombreux parlementaires, pas seulement ceux de gauche. Les inégalités hommes/femmes face à la retraite sont criantes, et la réforme actuelle risque de les aggraver. Mais ce débat en cache un autre : en exigeant des mesures spécifiques, ne risque-t-on pas de cristalliser l'existence de ces inégalités ?

Quelques chiffres sur les femmes et la retraite pour mesurer l'enjeu de la question :

  • Seulement 44% des femmes partent avec une retraite à taux plein, contre 86% des hommes.
  • 76% des bénéficiaires du minimum vieillesse sont des femmes.
  • Les femmes partent à la retraite à 61,5 ans, contre 60,1 ans pour les hommes.
  • 21 % des salariées sont contraintes de liquider leur droit à la
    retraite à 65 ans, contre 13% des salariés. Vont-elles désormais devoir attendre 67 ans ?

Ces inégalités entre hommes et femmes ont trois explications distinctes liées à la vie professionnelle ou familiale :

  • Les carrières des femmes sont interrompues plus souvent -congés parentaux, CDD, chômage…
  • Les femmes sont plus souvent à temps partiel.
  • Leurs rémunérations restent, à qualification égale, inférieures à celles des hommes.

La réforme en cours, qui propose de faire reculer l'âge de départ à la retraite à taux plein de 65 à 67 ans, risque d'aggraver la situation.

Parisot : la réforme pour ne pas « entériner l'inégalité »

« Aucune étude “genrée” [par sexe, ndlr] n'a été menée », s'étonne la chercheuse Dominique Méda, qui a travaillé sur ces
questions au sein du Laboratoire
de l'égalité
. Le gouvernement se défend en arguant que les inégalités vont décroitre avec l'augmentation du taux d'emploi féminin et le jeu des majorations pour enfants, mais la chercheuse reste sceptique :

« La différence entre le nombre d'années travaillées se réduit, certes, mais ce
n'est le cas ni des inégalités salariales -aucun progrès n'a été fait
depuis les années 1990- ni des temps partiels ».

Faut-il prévoir des mesures spécifiques aux femmes dans la réforme sur les retraites ? Le gouvernement juge que la retraite n'est que le réceptacle des inégalités de la vie professionnelle et de la vie privée. Autrement dit, ce n'est pas le rôle de cette réforme de les « compenser ».

Laurence Parisot, présidente du Medef, qui s'affiche « féministe », va plus loin : selon elle, laisser partir les femmes à la retraite avant les hommes, équivaudrait à « entériner cette inégalité ».

Les propositions de La Halde

Mauvais procès ? Ceux qui prônent des corrections ne réclament pas de mesures « spécifiques » aux femmes. La Halde, par exemple, a fait ces quatre propositions pour atténuer la situation.

  1. Calculer les droits à la retraite des temps partiels sur la base d'un temps plein (avec la participation de l'employeur).
  2. Calculer la retraite sur la base des 100 meilleurs trimestres (et non des 25 meilleures années), ce qui donnerait un avantage (minime) aux salariés enchainant des CDD.
  3. Donner des pensions de réversion aux veuves (ou veufs) pacsés (et plus seulement aux gens mariés).
  4. Maintenir l'âge de la retraite à taux plein pour les personnes ayant pris un congé parental.

Les propositions du Sénat

Au Sénat, les centristes se sont saisis du sujet. Nicolas About, président de leur groupe, prépare « un amendement pour faire diminuer en douceur le taux de décote » entre 65 et 67 ans, de manière à faciliter le départ à la retraite même si le taux plein n'est pas atteint.

De son côté, le président du Sénat, Gérard Larcher, souhaite que soit maintenu le droit de partir à la retraite à 65 ans sans décote, pour les femmes ayant élevé au moins trois enfants.

Les propositions du Laboratoire de l'égalité

Dans sa pétition, le Laboratoire de l'égalité avance une liste de propositions :

  • Produire une analyse par genre de l'impact de la réforme des retraites actuellement proposée.
  • Corriger les inégalités actuelles et améliorer les retraites des femmes :
  • augmenter les minima ;
  • améliorer la validation des périodes de temps partiel ou d'interruption ;
  • étendre le principe de la réversion aux conjoint(e)s pacsé(e)s.
  • Supprimer, dans l'article 3 du projet de loi, le report de 65 à 67 ans pour l'âge d'attribution de la retraite à taux plein.
  • Engager une loi sur l'égalité professionnelle précisant enfin les modalités des sanctions prévues par la loi de 2006 pour « supprimer les écarts de rémunération » [cette loi visait la suppression « avant
    le 31 décembre 2010 » des écarts de rémunération entre femmes et hommes, ndlr].
  • Réduire les causes structurelles des écarts de salaire entre les femmes et les hommes :
  • développer des modes d'accueil des jeunes enfants (créer 500 000 places) ;
  • réformer le congé parental ;
  • lutter contre le temps partiel subi et contre les discriminations.

Photo : des manifestants lors du défilé parisien, le 23 septembre 2010 (Benoît Tessier/Reuters).

Repost 0
Published by PS LANDES SECTION TARNOS - dans ANTI SARKO
commenter cet article